Flux de sites Généalogies

Les asiles de nuit : hospitaliser les sans-abri "dignes d'intérêt" (1872-1910)

La Revue française de Généalogie - il y a 11 heures 22 min

Les Archives de Paris vous invitent à une conférence sur "Les asiles de nuit : hospitaliser les sans-abri "dignes d'intérêt" (1872-1910)" le jeudi 28 septembre 2017 à 17h.

26 septembre 1917 : l’ “as” des “as” Guynemer a disparu

Geneanet - il y a 23 heures 58 min

> Chaque jour, nous vous proposons de découvrir un extrait de la Une du “Petit Journal”, quotidien parmi les plus lus de son époque, un siècle précisément après sa publication, afin de vivre comme vos ancêtres l’actualité de leur temps.

Cet extrait provient du site de la Bibliothèque Nationale de France, Gallica. Vous pouvez retrouver chaque numéro complet sur cette page, et appréhender ainsi la totalité de l’actualité du jour avec ses faits divers et autres. Les suppléments du dimanche sont accessibles sur cette page.

“Nos ancêtres dans la Grande Guerre” : toutes les Unes
“Chronique d’une guerre annoncée” : toutes les Unes d’août 1913 à août 1914

Vous possédez un arbre en ligne sur Geneanet ?
Participez à notre projet “Nos Ancêtres dans la Grande Guerre” en signalant les soldats qui y figurent !

Sondage Geneanet : les généalogistes sont des femmes à 60%

La Revue française de Généalogie - lun, 25/09/2017 - 18:03

En interrogeant les généalogistes, on en sait un peu plus sur eux, sur leurs motivations, sur les différents ressorts qui animent les passionnés, mais également sur les curieux qui souhaitent s'y essayer. C'est justement ce que vient de faire Geneanet en lançant une enquête auprès de 3.000 membres.

Thomas Spinosa répond au questionnaire de Proust

Geneanet - lun, 25/09/2017 - 17:34

Thomas Spinosa est coordinateur bénévole pour le projet “Tables de mariage du XIXe siècle”, coordinateur du projet “Familles Marseillaises”, webmestre d’un blog de généalogie, d’un site de généalogie, et “magicien” sur le site de généalogies nobles Roglo. Il est âgé de 29 ans, il est né à Marseille où il vit et il fait de la généalogie depuis presque 20 ans !

Pourquoi avez-vous commencé à faire des recherches ?
  • J’ai commencé au collège alors que j’avais une option d’histoire à suivre. Le professeur, une spécialiste du quartier, nous a fait travailler la généalogie. Je me suis plongé dans la mienne et n’ai pas redressé le nez depuis.

Mon occupation préférée en dehors de la généalogie/l’histoire ?
  • La lecture. J’adore lire et mes goûts sont très variés. Qu’il s’agisse de littérature classique, populaire ou de BD. J’avoue avoir un faible pour la culture populaire en général, notamment celle des XIXe et XXe siècles.
Ce que j’apprécie le plus dans la généalogie/la recherche historique ?
  • L’enquête et le mystère. A partir des indices et des traces, essayer de retrouver des informations sur des ancêtres ou des personnes d’autres familles. J’aime aussi essayer de comprendre comment et pourquoi agissaient nos aïeux, tenter de comprendre leurs manières de penser. En somme, chercher à mieux appréhender leur vie.
Mon principal défaut quand je fais des recherches généalogiques/historiques ?
  • J’ai tendance à vouloir trop en faire et parfois trop vite. J’ai donc des cahiers pleins de notes à saisir sur mon logiciel de généalogie, mais je ne trouve jamais le temps. En histoire, mon principal défaut d’ancien étudiant dans ce domaine, est de m’éparpiller ; j’avoue que je m’emballe facilement et j’ai envie de tout faire. Mais n’ayant pas encore trouvé le moyen d’allonger de quelques heures une journée, je me suis résolu à en faire moins.
Quel serait mon plus grand malheur lors de mes recherches ?
  • Je l’ai déjà affronté, enfin je crois. C’est la disparition des sources. J’ai toujours une pensée pour ceux qui ont des ancêtres parisiens et qui se trouvent face au manque d’état-civil avant la Commune. De mon côté, c’est à Valenciennes que les sources manquent, notamment les archives notariales dont une partie a été détruite durant la première guerre mondiale. Mais c’est essentiellement de la frustration, plus que du malheur. J’estime qu’on ne peut pas être malheureux de connaître son origine. On ne peut être tenu pour responsable d’éventuels crimes commis par ses aïeux tout comme la gloire d’un ancêtre ne fait pas la gloire d’un descendant. Mais par-dessus tout, ma formation d’historien me fait ajouter que toute avancée dans la connaissance du passé est un progrès.
Ce que je déteste par-dessus tout quand je fais des recherches ?
  • Ne pas trouver ce que je cherche m’énerve, mais il faut être parfois philosophe. Si on ne trouve pas une information dans un document, c’est déjà en soi une information. Et une absence de traces n’est pas une trace de l’absence.
L’ancêtre dans lequel j’aimerais me réincarner / qui m’a le plus fasciné, et pourquoi ?
  • Étonnement, je ne suis pas fasciné par mes ancêtres ou par l’idée de vivre à leur époque/à leur place. Je suis conscient des difficultés des temps passés, des maladies, des enfants qui mourraient en bas-âge, des conditions de vie. Cependant, si je devais choisir, je dirais ce Vincent Monchicourt qui a laissé un immense tableau le représentant avec sa famille, et que j’ai toujours connu chez ma grand-tante. Il m’a, si je puis dire, fasciné à cause de sa taille impressionnante et aussi de ces costumes de type Restauration. Ce n’est que bien plus tard que j’ai appris la vie palpitante de cet aïeul qui avait fui Valenciennes pendant la Révolution pour émigrer en Autriche en y enseigner le français. Il a dû laisser des écrits du for privé car une cousine décédée depuis déjà longtemps avait écrit sur cette famille et ce Vincent Monchicourt avait l’air d’avoir de l’humour, du moins d’après les surnoms qu’il donnait à ses beaux-frères et ses belles-soeurs.
La commune/région/pays de mes ancêtres où j’aurais aimé vivre ?
  • J’ai beaucoup d’ancêtres en Provence et j’y suis bien. Il n’y a pas d’autre endroit où je souhaiterais vivre. A part, peut-être, faire des séjours d’un ou deux ans près des centres d’archives où sont conservés les documents s’intéressant à la vie de mes ancêtres !
Mes noms de famille favoris/originaux chez mes ancêtres ?
  • Mon nom est déjà original. Je ne vous dis pas le nombre de fois où j’ai eu droit à des “blagues inspirées” sur le célèbre philosophe. Sinon, j’ai un ancêtre qui s’appellerait Symphorien Dumollard. Tout un poème.
Mes prénoms favoris/originaux chez mes ancêtres ?
  • Celui d’Adélaïde. Elle est la fille aînée de Vincent Monchicourt et est très belle sur le tableau. J’ai trouvé que ce prénom lui allait à merveille. Hormis cela, quelques prénoms m’ont bien plu comme Hugues ou Guigues. Pour les prénoms originaux, il y en a pleins : Pétronille, Scolastique, Godensie, Venture, Frumence, Pasquette, Andrieve, etc.
L’événement historique le plus terrible vécu par mes ancêtres ?
  • La Révolution française. Mes ancêtres, bien que roturiers, l’ont très mal vécue. Certains ont été accusés de trahison mais relaxés, beaucoup ont émigré et des frères et soeurs d’ancêtres ou cousins proches ont beaucoup souffert, certains ont même été condamnés à mort comme contre-révolutionnaire ou alors pour “fanatisme”. Ce fut le cas des soeurs Leroux, deux religieuses ursulines de Valenciennes, condamnées à la guillotine. Et le frère d’un de mes ancêtres, curé à Paris, a dû procéder à l’enterrement de Louis XVI. Il a ensuite été accusé par le Comité de Salut Public de tenir des discours “dangereux” et il a disparu de la circulation pour réapparaître curé d’un tout petit village de Côte-d’Or…
La qualité que je préfère chez un généalogiste/un chercheur ?
  • La rigueur. Je sais que la généalogie est une passion et qu’elle doit le rester. Mais la rigueur est indispensable. Beaucoup de chercheurs en histoire ne prennent pas les généalogistes au sérieux pour plusieurs raisons qui sont souvent autant de méconnaissances de la discipline généalogique. Mais la rigueur est parfois un vrai problème. C’est pourquoi j’estime beaucoup les généalogistes qui citent leurs sources abondamment.
Les fautes chez le généalogiste/le chercheur qui m’inspirent le plus d’indulgence ?
  • Les erreurs. Tout le monde en commet (moi le premier). Une erreur de lecture, d’interprétation, cela arrive souvent.
Les fautes chez le généalogiste/le chercheur qui sont impardonnables ?
  • Les falsifications. Quand on ment volontairement dans un arbre généalogique, que l’on glisse de fausses informations consciemment, cela me révulse. Chez le chercheur en histoire, ce qui est pour moi impardonnable est l’idéologie. On ne fait pas de recherche historique pour faire coïncider réalité et idéologie. Je trouve impardonnable de refuser une thèse historique parce qu’elle contredit une idéologie ou une croyance.
Si je pouvais faire évoluer la généalogie en France et dans le monde d’un coup de baguette magique, que ferais-je ?
  • Je ferais en sorte que tous les registres notariés soient disponibles gratuitement en ligne. Je dirais bien “tous les documents d’archives” mais bon, ce n’est plus du rêve, c’est de l’utopie. Je ferais aussi en sorte que chacun ait accès à tous les relevés déjà faits et que la généalogie libre soit la norme. C’est mon combat depuis une dizaine d’années. Je souhaite sincèrement qu’un jour, il aboutisse. La généalogie est une passion en lien étroit avec l’histoire et la connaissance n’a pas à être gardée par certains ou pire, vendue. Quand je vois que certains font commerce de relevés de mariages, ça me choque un peu. Après, chacun fait ce qu’il estime être juste. Mais je sais que je ne pourrai pas faire commerce de mes relevés systématiques. Ils sont en ligne, sur Geneanet et/ou sur mon site personnel et accessibles à tous. C’est ma vision de la généalogie et d’un coup de baguette magique, j’aimerais qu’elle soit davantage partagée.
Si je devais définir ma passion pour la généalogie/l’histoire en un mot ?
  • Vie. On reproche souvent au chercheur en histoire et au généalogiste d’être passéiste. Ce n’est non seulement pas souvent le cas, mais en plus, pour moi, ces recherches représentent beaucoup. Ma passion pour l’histoire date de mon enfance et je l’aurai jusqu’au bout.

Blog de Thomas Spinosa : sacres-ancetres.blogspot.fr
Site Web : http://www.prat-genealogie.fr
Facebook : https://www.facebook.com/SacresAncetres/
Twitter : @sacres_ancetres

Les frères Vertamy

Geneanet - lun, 25/09/2017 - 11:26

Moines cisterciens exilés sous l’Ancien régime, patriotes pendant la Révolution, persécutés et mariés sous la Terreur, pardonnés sous le Consulat…

> Lire l’article complet sur www.histoire-genealogie.com, partenaire de Geneanet : “Les frères Annet et Jacques Vertamy”

L’anonyme du jour

Geneanet - lun, 25/09/2017 - 10:20

L’anonyme du jour se nomme Claude Molley, c’est un jeune garçon de dix ans. Nous le trouvons mentionné dans l’almanach Hachette de 1904. Cet almanach très en vogue à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, propose dans son édition 1904 un concours philanthropique dont le principe est simple : les lecteurs votent pour un enfant à qui l’almanach offre (en partenariat avec les assurances sur la vie “La France”) une bourse d’études de 3000 francs par an, pendant 10 ans.

L’almanach nous donne le nom du gagnant, le jeune Claude Molley, qui vit au Creusot (Saône-et-Loire) avec ses parents, où il est né en 1893 : Jean, 37 ans est chauffeur aux ateliers du Creusot depuis 29 ans, Lazarette née Charlot, sa mère, est âgée de 31 ans. Le couple a déjà neuf enfants âgés de 22 mois à 20 ans. On peut imaginer que la famille ne roule pas sur l’or avec toutes ces bouches à nourrir, et le nombre de votants laisse suggérer l’empathie envers la famille. Il est énorme : 1884 personnes ont voté pour la famille Molley ! Y a t-il eu une campagne de “pub” au Creusot, en ville, dans les usines ?

Le premier réflexe est de dénicher l’acte de naissance du jeune Claude pour y trouver des informations complémentaires : on commence par taper son nom, son prénom, sa ville et son année de naissance dans le moteur de recherche avancée de Geneanet.

Un seul résultat nous est retourné, nous avons de la chance car l’acte a été dépouillé par le Cercle Généalogique de Saône-et-Loire (accès réservé aux membres Premium), et il figure dans la rubrique Relevés de Geneanet.

Le bouton qui figure au pied de l’acte “Rechercher l’acte original” (option Premium elle aussi) nous permet d’aller rapidement trouver l’acte de naissance en nous menant à la première page du registre de 1893, sur le site des Archives de Saône-et-Loire. On le trouve à la page 40.

Cet acte ne contient hélas pas de mentions marginales sur un éventuel mariage ou un décès, il va nous falloir chercher ailleurs pour trouver un complément d’informations sur ce qu’est devenu ce jeune garçon chanceux. En l’absence d’arbre en ligne sur Geneanet, et même si nous trouvons les parents sur un arbre, sans mention d’enfants, ainsi que les relevés des naissances de plusieurs frères et soeurs, aucun autre élément ne nous éclaire.

Le département de Saône-et-Loire ayant numérisé ses recensements jusqu’en 1936 ainsi que les registres matricules des soldats, nous avons deux opportunités de recherche. Fouiller les recensements de 1906, 1911, etc jusqu’en 1936 serait trop aléatoire et prendrait beaucoup de temps, rien ne nous dit non plus que Claude Molley soit resté au Creusot, et il est peut-être décédé jeune. Nous tentons notre chance avec les registres matricules, chance qui nous sourit car non seulement le département a numérisé ceux-ci, mais il les a également indexés ! Rappelons que ces registres concernent tous les jeunes gens âgés de 20 ans, et qu’ils sont recensés par bureaux de recrutement, soit six pour la Saône-et-Loire.
Il faut donc que Claude Molley ait atteint cet âge de 20 ans et que, de surcroît, il vive toujours dans le département.

Après avoir tapé le nom de Claude Molley, ainsi que sa classe de recrutement (1893+20 = 1913) dans le moteur de recherche, la chance continue et nous obtenons un seul résultat : c’est bien lui comme le prouve sa fiche matricule, qui contient la date et le lieu de de naissance, ainsi que le nom des parents.

Une lecture attentive de ladite fiche nous permet de voir qu’avant de partir servir son pays, Claude Molley est qualifié de manoeuvre, et que son père est décédé. Il est probablement parti au service militaire en 1913, et se trouvait sous les drapeaux lorsque la Première Guerre mondiale a éclaté : il est affecté à son régiment le 19 décembre 1914, cinq mois après le début du conflit, et indiqué comme “parti aux armées le 11 avril 1915”. Difficile d’expliquer pourquoi il n’est pas parti dès le mois d’août 1914.

Il n’y reste pas longtemps car il est “évacué malade” en juillet, avant de rentrer au dépôt (donc à l’arrière) en octobre. Ce n’est qu’en janvier 17 qu’il repart “aux armées”… où il est mis à disposition aux usines Schneider du Creusot, donc chez lui, probablement aux usines où travaillait son père et où lui-même travaillait avant-guerre comme “manoeuvre”. Il change de régiment en juillet, et part finalement au combat en mars 1918. Il est fait prisonnier le 9 juin à Assauvillers-près-Montdidier jusqu’à la fin de la guerre.

Il passera encore un an sous les drapeaux avant d’être démobilisé en septembre 1919 et de rentrer chez lui, rue de Tunisie au Creusot, la même adresse que celle où il est né.

Claude Molley aura eu quelques démêlés avec l’armée, car son certificat de bonne conduite lui est refusé, et qu’il est même condamné à un an de prison avec sursis fin 1921. La fiche matricule n’est pas très claire, car on ne comprend pas pourquoi il est retourné à l’armée en juin 1921, où il se trouve encore en janvier 1922. Sa condamnation, dûment rédigée, a été rayée de telle façon qu’on n’arrive pas bien à en lire le motif, mais c’est plutôt bon signe car si elle a été rayée, c’est parce qu’il a été amnistié, et qu’il bénéficiera même de la médaille de la Victoire et de la médaille commémorative de la Grande Guerre.

Une petite mention finale, “décédé à Nevers le 13/02/32”, commune où il est parti vivre en 1929 (il demeure alors rue du 14 juillet), nous indique qu’il est mort jeune, à seulement 39 ans. L’état civil en ligne de la Haute-Vienne s’arrêtant à 1902, on ne sait pas si Claude Molley s’est marié (et ce malgré m’absence d’une mention marginale sur son acte de naissance), ni s’il a eu une descendance.

Avis à nos perspicaces lecteurs pour toute information supplémentaire sur notre anonyme du jour, plus si anonyme que ça !

Les usines Schneider au Creusot

 

La base Ceux de 14-18 accueille sa 225e commune

La Revue française de Généalogie - lun, 25/09/2017 - 10:19

Initiée par le Cercle Généalogique de Languedoc, la base Ceux de 14-18 - Qui étaient-ils rassemble désormais 225 communes. En partant du monument aux morts, des permaliens sont fournis vers de nombreuses sources concernant le soldat.

Les projets Geneanet – Bilan de l’été 2017

Geneanet - lun, 25/09/2017 - 09:58

Notaires

L’été fut productif avec la mise en ligne de plus de 1.800 nouvelles liasses notariales. Citons en particulier le Rhône, l’Orne et le minutier central aux archives nationales. Le projet est lancé sur une quinzaine de départements.

Voir les fonds
Participer au projet

Sauvons nos tombes

La période estivale a été propice avec plus de 100.000 nouvelles tombes mises en ligne pour 132.000 individus indexés. A noter que le cap des 1 millions de tombes a été dépassé dans le courant de l’été ! Bravo à tous !

Faire une recherche
Participer au projet

Tables de mariages du XIXème

Plus de 250.000 nouveaux mariages indexés ! A noter que les Alpes-de-Haute-Provence sont désormais dépouillés en intégralité. L’Ariège, l’Oise, les Vosges sont presque terminés et n’attendent que vous !

Faire une recherche
Participer au projet

Matricules napoléoniens

30.000 nouveaux soldats indexés cet été pour un total de 370 000 soldats ! N’hésitez pas à rejoindre la petite équipe de bénévole pour participer vous aussi à ce projet, il reste de très nombreuses séries à indexer.

Faire une recherche
Participer au projet

Etat-civil régimentaire

Ce projet lancé il y a quelques semaines a pour but de numériser, puis d’indexer, l’état civil régimentaire de la Première Guerre mondiale. Cette source, peu connue, permet de connaître dans certains cas les causes exactes du décès d’un soldat sur le front.

155 registres ont déjà été numérisés (sur un total de 9200). N’hésitez pas à participer au travail d’indexation ou de numérisation aux archives nationales.

Découvrir le projet

Livres d’or des Morts pour la France

2 000 nouvelles communes indexées cet été sur un total de 27 000 communes complètes. Les deux tiers de ce projet sont terminés, n’hésitez pas à proposer votre candidature !

Découvrir le projet

Faire-part & cartes de prières

Ce nouveau projet, à destination du public néerlandophone de Geneanet a été lancé au mois de juin. Il rencontre un fort succès avec plus de 50.000 documents mis en ligne. N’hésitez pas à participer, vous aussi !

Découvrir le projet

Cartes du combattant

Ce projet avance petit à petit : départements en cours de numérisation et d’indexation : 59 (Nord), 72 (Sarthe), 75 (Paris), 88 (Vosges)

Découvrir le projet

La Collection du mois

Les Archives Privées du château du Château de Drée (71) sont en cours de numérisation par Claude Franckart. Ce travail exceptionnel est désormais consultable sur Geneanet et vous êtes invités à participer à l’indexation du fond.

Découvrir ce fonds

Les noms de famille qui font l’actualité

Geneanet - lun, 25/09/2017 - 08:50

Cliquez sur les noms pour découvrir leur origine !

Dix enseignants devenus célèbres

Cliquez sur les noms pour découvrir leur origine !

  • BOLLORÉ : Vincent Bolloré, 65 ans
  • CASSEL : Vincent Cassel 50 ans
  • DEDIENNE : Vincent Dedienne 30 ans
  • DESAGNAT : Vincent Desagnat 41 ans
  • ELBAZ : Vincent Elbaz 46 ans
  • LACOSTE : Vincent Lacoste 24 ans
  • ROUÏL : Vincent Lagaf (né Rouïl) 57 ans
  • LINDON : Vincent Lindon 58 ans
  • PEILLON : Vincent Peillon 57 ans
  • PERROT : Vincent Perrot 52 ans

25 septembre 1917 : le droit des permissionnaires est lésé

Geneanet - lun, 25/09/2017 - 00:00

 

> Chaque jour, nous vous proposons de découvrir un extrait de la Une du “Petit Journal”, quotidien parmi les plus lus de son époque, un siècle précisément après sa publication, afin de vivre comme vos ancêtres l’actualité de leur temps.

Cet extrait provient du site de la Bibliothèque Nationale de France, Gallica. Vous pouvez retrouver chaque numéro complet sur cette page, et appréhender ainsi la totalité de l’actualité du jour avec ses faits divers et autres. Les suppléments du dimanche sont accessibles sur cette page.

“Nos ancêtres dans la Grande Guerre” : toutes les Unes
“Chronique d’une guerre annoncée” : toutes les Unes d’août 1913 à août 1914

Vous possédez un arbre en ligne sur Geneanet ?
Participez à notre projet “Nos Ancêtres dans la Grande Guerre” en signalant les soldats qui y figurent !

Conférence sur le Guide des recherches sur l'histoire des familles

La Revue française de Généalogie - dim, 24/09/2017 - 18:17

Les Archives nationales organisent une conférence sur "Le Guide des recherches sur l'histoire des familles : du Gildas Bernard à la salle des inventaires" le mardi 12 décembre 2017.

Conférence d'aide à la recherche sur les archives privées des notaires de Paris

La Revue française de Généalogie - dim, 24/09/2017 - 18:10

Les Archives nationales organisent une conférence d'aide à la recherche sur "Les archives privées des notaires dans les fonds du Minutier central de Paris" le mardi 21 novembre 2017.

Conférence sur les photographes dans les archives des notaires de Paris

La Revue française de Généalogie - dim, 24/09/2017 - 18:00

Les Archives nationales organisent une conférence d'aide "A la recherche des photographes dans les archives des notaires de Paris" le mardi 3 octobre 2017.

Dordogne : Portes ouvertes de la généalogie à Bergerac

La Revue française de Généalogie - dim, 24/09/2017 - 17:58

L'association Généa24 organise des Portes ouvertes le 1er octobre 2017, de 10h à 18h à la salle René-Coicaud, Rue Sergent Rey, à Bergerac (24).

Allier : 8e Forum régional de généalogie à Yzeure

La Revue française de Généalogie - dim, 24/09/2017 - 17:21

Le Cercle généalogique et héraldique du Bourbonnais organise le 8e Forum régional de généalogie le samedi 30 septembre 2017, de 10h à 18h, à la chapelle du château de Bellevue à Yzeure (03).

Allier : 7e Forum régional de généalogie à Yzeure

La Revue française de Généalogie - dim, 24/09/2017 - 17:21

Le Cercle généalogique et héraldique du Bourbonnais organise le 7e Forum régional de généalogie le 17 octobre 2015, de 10h à 18h, à la chapelle du château de Bellevue à Yzeure (03).

Vosges : Portes ouvertes du Cercle généalogique de Saint-Dié

La Revue française de Généalogie - dim, 24/09/2017 - 17:14

En marge du Festival international de géographie, le Cercle généalogique de Saint-Dié organise des portes ouvertes dans ses locaux, 15 rue Foch, du 29 septembre au 1er octobre 2017.

24 septembre 1917 : double défi pour l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie

Geneanet - dim, 24/09/2017 - 00:00

 

> Chaque jour, nous vous proposons de découvrir un extrait de la Une du “Petit Journal”, quotidien parmi les plus lus de son époque, un siècle précisément après sa publication, afin de vivre comme vos ancêtres l’actualité de leur temps.

Cet extrait provient du site de la Bibliothèque Nationale de France, Gallica. Vous pouvez retrouver chaque numéro complet sur cette page, et appréhender ainsi la totalité de l’actualité du jour avec ses faits divers et autres. Les suppléments du dimanche sont accessibles sur cette page.

“Nos ancêtres dans la Grande Guerre” : toutes les Unes
“Chronique d’une guerre annoncée” : toutes les Unes d’août 1913 à août 1914

Vous possédez un arbre en ligne sur Geneanet ?
Participez à notre projet “Nos Ancêtres dans la Grande Guerre” en signalant les soldats qui y figurent !

23 septembre 1917 : les héros de Verdun défilent devant Albert Ier

Geneanet - sam, 23/09/2017 - 00:00

Supplément du dimanche :

> Chaque jour, nous vous proposons de découvrir un extrait de la Une du “Petit Journal”, quotidien parmi les plus lus de son époque, un siècle précisément après sa publication, afin de vivre comme vos ancêtres l’actualité de leur temps.

Cet extrait provient du site de la Bibliothèque Nationale de France, Gallica. Vous pouvez retrouver chaque numéro complet sur cette page, et appréhender ainsi la totalité de l’actualité du jour avec ses faits divers et autres. Les suppléments du dimanche sont accessibles sur cette page.

“Nos ancêtres dans la Grande Guerre” : toutes les Unes
“Chronique d’une guerre annoncée” : toutes les Unes d’août 1913 à août 1914

Vous possédez un arbre en ligne sur Geneanet ?
Participez à notre projet “Nos Ancêtres dans la Grande Guerre” en signalant les soldats qui y figurent !

Forum de généalogie en région Centre-Val de Loire

La Revue française de Généalogie - ven, 22/09/2017 - 18:36

Le Cercle généalogique et historique Nivernais-Morvan (CGHNM) organise le Forum régional de généalogie de l'Union généalogique Centre-Val de Loire le samedi 14 octobre 2017 à Fourchambault (près de Nevers).

Pages

S'abonner à Association Généalogique de la Charente agrégateur - Flux de sites Généalogies