Mariages introuvables de l'An VII et de l'An VIII !!

Avez vous cherché au chef lieu de canton ?

En 1790, la Révolution institue les Départements. Finies les Provinces, Paroisses et autres représentations territoriales.

Le Département de la Charente, voit le jour, par le rattachement à l'ancienne Province d'Angoumois d'un certain nombre de Paroisses de Saintonge, du Périgord, du Limousin et du Poitou. En revanche on a détaché de l'ancienne Province, une trentaine de communautés.

La Charente à l'époque, est divisée en 6 districts et en 44 cantons.

1/ Le district de Ruffec 7 cantons : Ruffec, Villefagnan, Nanteuil (aujourd'hui dans le canton de Ruffec), Aigre, Verteuil (aujourd'hui dans le canton de Ruffec), Mansle et Marcillac, (aujourd'hui dans le canton de Rouillac).

2 / Le district de Confolens 8 cantons : Confolens, Champagne, Alloue (aujourd'hui dans le canton de Champagne Mouton), Saint Germain (aujourd'hui dans le canton de Confolens nord), Brigueuil (aujourd'hui dans le canton de Confolens sud), Chabanais, la Péruze (aujourd'hui dans le canton de Chabanais), et Saint-Claud.

3 / Le district de la Rochefoucauld 8 cantons : la Rochefoucauld, Saint-Amant-de-Boixe, Jauldes (aujourd'hui dans le canton de la Rochefoucauld), Cellefrouin* (aujourd'hui dans le canton de Mansle), Chasseneuil (aujourd'hui dans le canton de Saint Claud), Montemboeuf, Montbron, Marthon (aujourd'hui dans le canton de Montbron).

4 / Le district d'Angoulême 7 cantons : Angoulême, Vars (aujourd'hui dans le canton de Saint Amant de Boixe), Garat (aujourd'hui dans le canton de Soyaux), Lavalette (aujourd'hui dans le canton de Villebois), Blanzac, Roullet (aujourd'hui dans le canton de la Couronne), Hiersac,

5 / Le district de Barbezieux 7 cantons : Barbezieux, Deviat (aujourd'hui dans le canton de Montmoreau), Montmoreau, Aubeterre, Chalais, Brossac et Baignes.

6 / Le district de Cognac 7 cantons : Cognac, Jarnac, Rouillac, Salles (aujourd'hui dans le canton de Segonzac), Chateauneuf, Lignières (aujourd'hui dans le canton de Segonzac), Segonzac.

Cette division administrative fit place à son tour en 1800, à celle des arrondissements, on n'en compta plus que 5 au lieu des 6 districts précédents, et les cantons ne furent plus que 28 au lieu de 44. Cependant si on décompte les cantons supprimés du chiffre de 44, cela ferait 26. Il y a donc eu d'autres mouvements non signalés ici. Aujourd'hui nous avons 35 cantons, les plus grandes agglomérations ayant été découpées, comme Cognac, nord/sud, Confolens nord/sud Angoulême ouest/est/nord/sud etc...

Nous remarquons donc que des cantons disparaissent, et c'est là qu'intervient peut être, le fait que certains mariages nous soient introuvables. En effet, il faut se souvenir qu'une décision de la Révolution, fut que les mariages ne soient plus célébrés qu'au chef lieu de canton dont dépendait la commune, chaque décadi des mois Républicains. Il en fut ainsi du 22 septembre 1798, ou primidi Vendémiaire de l'An VII, au 26 juillet 1800, ou Septidi Thermidor An VIII.

Mais il faut compter avec les cantons disparus, car si tout le monde connaît bien nos cantons actuels, il n'en est pas de même avec les anciens, devenus communes au sein d'un de ces cantons actuels.

Normalement, on peut retrouver dans les communes d'origine des époux, la trace du mariage célébré au chef-lieu de canton, mais si tel n'est pas le cas, alors peut être pouvez vous encore récupérer votre acte au dit chef-lieu. Maintenant vous le connaissez.

* Cellefrouin et Ventouse, posent une question : Les AD indiquent Ventouse comme chef-lieu pour la période Ans VII et VIII de la Révolution, or il semble selon d'autres sources, qu'il s'est bien agi de Cellefrouin. Un registre serait à Ventouse. Il faudra donc pour ce cas particulier, pousser les investigations.

 

Remerciements à Pierre COLLENOT, qui m'a fourni les éléments concernant les cantons de la période 1790/1800, extraits de l'ouvrage de P. BOISSONNADE, "essai sur la Géographie Historique et sur la démographie de la Province d'Angoumois du XVIIe au XIXe siècle". Vous pouvez consulter son site histoire et passion sur : http://www.histoirepassion.eu/

 

Jean Claude MIGNON